Document sans nom
     
 

De Platon
Conçu par Agnès Adam

avec Stéphane Poliakov et Agnès Adam
Direction artistique Anatoli Vassiliev
Lumière Dorothée Tournour
Son  Pierre Geffard
Scénographie Anne-Gaëlle Champagne

Ce travail s'est orienté autour de deux axes : celui de l'image et l'action scénique partant du tableau de Magritte : le Fissure et celui du dialogue en tant que tel.

Je me suis intéressée avec Stéphane Poliakov à regarder dans la 2ème partie du Phèdre les moyens qui ont été utilisés pour produire un discours sur Eros (prononcé en 1ère partie et par Phèdre puis par Socrate). Il m'a fallu du temps pour comprendre le lien qui unissait ces deux parties.
Socrate pose dans cette 2ème partie, véritablement le doute sur le style qui a été utilisé pour prononcer ce discours.

Est-ce possible pour cet art oratoire d'arriver à l'éloquence ?
- Oui, si on part de la Vérité. Une Vérité qui se révèlerait dans toute sa simplicité.
- Non, si on part de la vraisemblance. La fausseté ici se révèle avec beaucoup de beauté dans l'artifice.

Mais Socrate, dans sa provocation, ouvre progressivement le dialogue par quelques questions étonnantes et pose alors la problème de l'essence de cet art et de ses limites.

 
     
       
 
 

 

  L'éloquence existe bel et bien mais peut-on dans ce cas parler d'un art ?
Quel serait cet art qui renoncerait définitivement, catégoriquement à toute éloquence ?
Quel en serait son contenu ?

Nous sommes en fait ici très proche de l'art du théâtre, de l'acteur, de comment garder cette qualité de jeu jamais fausse du contact vivant, de l'existence organique et qui introduit ce fleuve de la vie authentique.


Socrate : En tout cas mon cher, les prêtres du temple de Zeus à Dodone ont soutenu que les premières paroles divinatoires étaient sorties d'un chêne. Ainsi, les gens de ce temps-là, eux qui n'étaient pas des savants comme vous autres les modernes, se contentaient, en raison de leur simplicité d'esprit, de prêter l'oreille au chêne et à la pierre, pourvu qu'ils disent la vérité… Phèdre : De quel discours veux-tu parler et comment est-il engendré ?
Socrate : Celui qui, transmettant un savoir, s'écrit dans l'âme de l'homme qui apprend, celui qui est capable de se défendre tout seul, celui qui sait devant qui il faut parler et devant qui il faut se taire.

réf. 275b-276a

Soirées Mises en scène, ENSATT, Lyon/Festival d'Avignon, ISTS, 2007-2008